• 0 comments
  • Mar 09, 2013

Une table ronde passionnante autour de l'avenir du transport spatial

CELEBRATION 20 ANS DE LA CVA

Le mardi 5 juin 2018, Jean-Marc Astorg, directeur des lanceurs au CNES, Alain Charmeau, président exécutif d’ArianeGroup, Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles et vice-président de Bordeaux Métropole, et Daniel Neuenschwander, directeur des systèmes de transport spatial à l’ESA, ont participé à la table ronde autour de la thématique « A quoi ressemblera le transport spatial de demain? », à l’initiative du délégué général de la Communauté des Villes Ariane, Eros Pittarelli, dans le cadre du festival Big Bang qui se déroulait à Saint Médard-en-Jalles. L’occasion pour les intervenants d’échanger avec leurs homologues de l’ESA, du CNES et de l’industrie autour des ambitions européennes en matière de transport spatial.

Face à un public convié par la Mairie, Eros Pittarelli a démarré la table ronde en rappelant les buts de la Communauté des Villes Ariane (CVA) qui fête cette année ses vingt ans d’existence. Les intervenants ont évoqué en suite les ambitions et innovations européennes en matière de transport spatial de demain, permettant notamment de s’adapter aux évolutions du marché mondial des lanceurs.

Au cours de ces échanges, Alain Charmeau a rappelé les objectifs de la société ArianeGroup, créée dans le but de mettre en œuvre une nouvelle organisation industrielle, un nouveau lanceur Ariane 6 et une nouvelle gouvernance. Il a également insisté sur la nécessité de s’adapter à l’évolution du marché mondial des lanceurs, et sur les enjeux de garantir un accès indépendant à l’espace pour l’Europe. Il a aussi démontré l’atout d’Ariane 6 pour garantir un service de lancement compétitif, et de la réutilisabilité, qu’ArianeGroup prépare activement avec ses partenaires, comme faisant partie d’une des solutions envisagées par l’Europe pour le futur. Alain Charmeau a enfin redit la volonté de l’Europe de faire sa place dans la course à l’Espace, en mettant l’accent sur la nécessité d’adopter la préférence européenne.

Daniel Neuenschwander a souligné que l’ESA développe depuis plusieurs années Ariane 6 et Vega C pour répondre aux défis du marché global : coûts d´accès à l´espace, flexibilité et fiabilité. Ces lanceurs répondent à une double logique à la fois économique et technologique. Les deux exigences sont inséparables. L’ESA dispose déjà de tout un programme dédié aux futurs systèmes de transport à moyen et long terme avec FLPP et envisage déjà les évolutions d’Ariane 6 qui seront proposées au Conseil ministériel de 2019. Le défi en Europe, c’est de voler systématiquement européen pour garantir les lancements institutionnels aux lanceurs développer en Europe.

Jean-Marc Astorg a rappelé qu’en parallèle des développements d’Ariane 6 et de Vega-C, il est nécessaire de préparer maintenant les nouvelles technologies pour les lanceurs du futur. C’est pourquoi le développement d’un nouveau moteur 10 fois moins cher que le moteur Vulcain et réutilisable, a été décidé lors de la conférence de Lucerne en décembre 2016. Prometheus permettra d’équiper des évolutions d’Ariane 6 ou de nouveaux lanceurs (Ariane Next) pour que l’Europe reste au plus haut niveau dans la compétition mondiale. De la même façon, il est nécessaire de travailler sur la réutilisation en Europe avec des démonstrateurs spécifiques.

Eros Pittarelli a conclu la table ronde rappelant que la compétitivité de l’industrie des lanceurs en Europe est un must, mais que repenser à des véhicules récupérables et aux vols habités, au vue des ambitions d’exploration spatiale, devrait être aussi un sujet porteur dans les années à venir.

Ce fut également l’occasion pour Jacques Mangon, en tant que représentant d’Alain Juppé, d’annoncer officiellement l’élection à l’unanimité de Bordeaux Métropole comme ville présidente de la CVA en 2020, en partenariat avec ArianeGroup. Une année qui sera marquée par le premier lancement d’Ariane 6, depuis le Centre Spatial Guyanais – Port spatial de l’Europe.

En image (Flickr)